telecom AI

Les grandes avancées du secteur Télécom à l’ère de l’IA

C’est un fait : l’Intelligence Artificielle ne cesse d’élargir le champs des possibles, dans tous les secteurs, les Télécoms y compris. Grâce à cette technologie au développement exponentielle, les réseaux comme les services meuvent à vitesse grand V. Zoom sur les grandes évolutions…

Surveillance des machines de production, prévention de la défaillance d’un équipement, maintenance prédictive…l’IA contribue incontestablement à l’amélioration des infrastructures.

Prédictibilité des évènements

Désormais, l’anticipation des évènements au cœur des systèmes de communication est possible. Le suivi automatisé et l’analyse des incidents de sécurité ou de cybermenaces sur le net permettent d’endiguer les risques d’assauts et autres perturbations réseaux.

Enrichissement des applications de maintenance prédictive

Les avancées du Machine Learning, la machine « apprend » par elle-même sans être explicitement programmée pour résoudre telle ou telle problématique, offrent des modélisations de plus en plus affinées. Tout incidents du à des risques de goulets d’étranglement devient prévisible. Sans oublier que les applications de maintenance prédictive ne cessent de s’enrichir par auto-apprentissage des systèmes.

Autoréparation des infrastructures

Les agents logiciels dit « intelligents » offrent la possibilité de résoudre les incidents, automatiquement. Aucune intervention de technicien n’est nécessaire. Désormais le système répare lui-même les infrastructures. On parle alors de « self healing », d’autoréparation.

Multiplication des fonctions

Les services ne sont pas en reste. Ils ont été améliorés grâce à la multiplication des fonctions proposées, comme celles des pilotages d’équipements : création ou ouverture de service, contrôle, management, data et fonctions particulières de facturation sans oublier celles relatives aux VPN, au réseau privé virtuel.
Différents commutateurs, multiples opérateurs
Désormais, les clients sont raccordés via des commutateurs publics différents gérés par une multitude d’opérateurs. Ces solutions ont introduit l’utilisation de « triggers » ou « trigger points » (points de déclenchement automatique et de détection liés à des événements) activables de manière dynamique.

Amélioration de la mobilité

L’intelligence Artificielle s’invite même dans nos terminaux. L’utilisateur peut se déplacer où il le souhaite, et peut se présenter sur n’importe quel commutateur réseaux, de n’importe quel opérateur. Tout cela sans modifier, ou à peine les ressources du réseau même en cas d’introduction ou d’activation d’un nouveau service.
Introduction de domaines séparables
Les technologies IP ont elles aussi apporté leur pièce à l’édifice. Elles modifient le modèle de commutation unifiée par l’introduction de domaines séparables : accès, pilotage logiciel de l’appel et de la connexion, etc. Dorénavant, le service précède la connexion.

Essor des services On Demand

On note l’augmentation non négligeable de la mise à disposition de services de connectivité On Demand, que l’on peut payer à la consommation et activer en quelques clics sur un portail client. Permise par un pilotage par commande logicielle, rendu possible par le Software-designed network (SDN) et la virtualisation des fonctions réseaux (NFV).

Ainsi le secteur Télécom est entré de plain pied dans l’ère IRA, avec la virtualisation des infrastructures. Prochaine étape ? Le deep learning ou l’apport des réseaux neuronaux ? Dossier à suivre…